La charpente : garant de la stabilité d’une maison

Il va sans dire que la charpente est un élément indispensable d’un bâtiment. Supportant la toiture et répartissant les charges verticales de la construction, elle garantit la stabilité, la solidité et la pérennité de votre maison. De ce fait, sa réalisation nécessite un savoir-faire pointu et la maîtrise de nombreuses techniques que seuls les professionnels sont en mesure de maîtriser.

Les composants de la charpente

La réalisation de la charpente consiste, en fait, à assembler des poutres et poteaux pour créer l’ossature. Elle est essentiellement composée de :

  • Les fermes :

Il s’agit d’un élément de forme triangulaire posée perpendiculairement aux murs de soutien. Les fermes sont généralement conçues avec des matériaux comme le bois, le métal ou les deux. Elles sont associées entre elles par le biais des pannes.

  • Les pannes :

Ce sont les pannes qui permettent de lier les fermes entre elles. Elles sont constituées de pièces en bois horizontales destinées à supporter les liteaux et les chevrons. Il existe trois types de panne : la panne faîtière, la panne ventrière et la panne sablière.

  • Les chevrons :

Ils sont indispensables pour bien répartir la charge de la toiture. Les chevrons doivent être installés dans le sens de la pente avec un entraxe d’environ 50 à 60 cm. Avec une hauteur de 11 cm sur 8 cm de largeur, le chevron se distingue du liteau par ses dimensions.

  • Liteaux :

Avec un format maximum de 40x40mm, les liteaux sont posés sur les chevrons pour accueillir les tuiles, les ardoises et autres éléments de la couverture.

  • Voliges :

Les voliges sont des planches de bois plus ou moins fines. Ses dimensions varient entre 12 à 34 mm d’épaisseur et de 10 à 30 cm de largeur. La volige peut remplacer les liteaux pour l’accrochage des tuiles et des ardoises. En plus de supporter les matériaux de la couverture, le voligeage permettent aussi de fixer les systèmes de gouttières.

Les différents types de charpentes

Il existe deux types de charpentes bien distinctes :

  • Charpente traditionnelle :

C’est un assemblage de pièces en bois massif associées entre elles par des crampons ou des tiges métalliques. La charpente traditionnelle possède de nombreux atouts. En plus de son aspect esthétique, il permet aussi d’offrir un espace supplémentaire dans les combles.

  • Charpente à fermette :

Moins cher que la charpente traditionnelle, la charpente à fermette est destinée à supporter un poids maximal de 150 kg par m². Elle vous permet aussi de bénéficier d’une bonne qualité d’isolation thermique. Le bois employé pour la réalisation de ce type de charpente doit avoir un taux d’humidité de mois 20 %.

Les normes liées à la charpente

Comme avec tous les travaux de gros oeuvre, la réalisation de charpente est aussi soumise à diverses normes réglementées. Parmi elles, nous retrouvons la norme NF P21-205 DTU 31.3 qui comprend les clauses des étapes de la réalisation, la NF P21-204 DTU 31.2 qui régit sur la construction des charpentes et des bâtiments à ossature en bois ainsi que la EN 14250 qui impliquent les règles des structures préfabriquées. Le diagnostic XP P 03-200 ou constat de l’état parasitaire de la charpente est également obligatoire.

Le choix et la réalisation de la charpente doivent être minutieusement et scrupuleusement étudiée. Pour éviter le gaspillage d’argent et pertes de temps inutiles, nous vous recommandons de faire appel à des charpentiers-couvreurs professionnels. Et si vous souhaitez en savoir plus sur les travaux de construction, n’hésitez pas à visiter le blog dédié au gros œuvre